C’est la guerre

Déclaration du Conseil fédéral

21.03.2003

Les sentiments de réprobation du Conseil fédéral sont restées bien modérées puisqu’elles se limitent à regretter une transgression de la Charte des Nations unies. Pourtant cette conception nouvelle de « guerre préventive » est fondamentalement perverse. Comment imaginer de bonne foi de pouvoir faire la guerre pour prévenir la guerre ? Et déjà on assiste à une banalisation totale des violences aussi bien technologiquement les plus raffinées que les plus extrêmes tandis que nous continuons à poursuivre nos occupations quotidiennes. C’est l’image même de la guerre aseptisée, soi-disant sans victimes ni même dommages collatéraux, sauf que les milliards engagés pour détruire devront être suivis de milliards pour reconstruire. Ce sont les conséquences d’une logique stupide du châtiment des attentats du 11 septembre 2001, si l’on alors que la question des mobiles intéresse à peine et les réponses apparemment encore moins…En renonçant à toute critique incisive, le Conseil fédéral renonce également à toute action en faveur des thèmes de politique étrangère qui nous sont chers, droits de l’homme, droit international, et état de droit. La Suisse marchande a bonne conscience.